mercredi 28 septembre 2016

Winter Road - Jeff Lemire

Derek est un ancien joueur de hockey professionnel exclu de la ligue après avoir violement blessé un adversaire. Reparti  s’installer dans son village natal en Ontario, Derek travaille dans le restaurant où officiait sa mère avant son décès dans un accident de la route. Solitaire, dépressif, buveur invétéré, Derek est en proie à des accès de colère incontrôlables qui lui valent d’être dans le collimateur de la police locale. Le jour où sa sœur, accro aux drogues dures, débarque en ville pour fuir un compagnon violent, Derek décide de partir vivre avec elle en forêt, loin du monde et de leurs démons respectifs.

Bienvenue chez les indigents, les marginaux. Jeff Lemire ne vend pas du rêve, c’est le moins que l’on puisse dire. Dans le fin fond de son Canada, le ciel est bas et triste, la neige boueuse, l’humidité suinte de chaque mur, le froid glacial mord les os sous les vêtements, le mauvais alcool échauffe les corps et les esprits. Pauvreté et désœuvrement poussent chacun vers le repli sur soi et la solitude. Les échanges sont rares, les rapports humains tournent en permanence au rapport de force. Chez ces laissés pour compte, on se bat et on se débat. Pour éviter la noyade, éviter la chute finale et définitive.

J’ai découvert Jeff Lemire avec Jack Joseph, je retrouve ici le côté introspectif qui m’avait charmé, sans les dimensions fantastiques et oniriques. Le récit intimiste est brut, sans filtre, linéaire malgré quelques flash-back. Beaucoup de silences chez ces gens de peu de mots, pas besoin de grands discours pour illustrer des vies aussi étriquées. C’est simple et direct, brutal, réaliste, sans complaisance. Le trait est aussi nerveux et torturé que les personnages, il se dégage de l’ensemble à la fois de la lenteur et une certaine forme d’urgence.

Une histoire qui gratte et bouscule, avec une petite touche de lumière finale qui laisse envisager un futur où l’apaisement pourrait enfin être de mise. Une lueur d’espoir dans les ténèbres, minime mais bien présente.


Winter Road de Jeff Lemire.  Futuropolis, 2016. 280 pages. 28 euros. 


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Mo, en ce jour particulier où elle accueille pour la première fois les participants à la BD de la semaine.












mardi 27 septembre 2016

Mauvais joueurs - Julien Dufresne-Lamy

Il s’appelle Marceau et il grandit dans une famille en apparence classique : « Trois enfants, mère au foyer, père à carrure, une corbeille de fruits sans pépins. Une famille de ces maisons de briques, enveloppées de lierre, en retrait derrière une grille. Une famille sans histoire, cherchant l’adjectif ».

Sauf que. Marceau est trop sensible. Son père voudrait un fils solide, un vrai mec. Le temps passe, la mère sombre dans la dépression, le fiston traverse les années collège en souffrant, réservé et indécis quant à sa sexualité. Il est trop gentil Marceau, il veut toujours faire plaisir sans jamais penser à ce qui lui ferait plaisir. On l’appelle Marcelle, on se moque de lui en sport. Il s’isole, ne s’impose jamais aux autres. Il voudrait plaire au père mais celui-ci reste distant, froid, sans pitié. Les années défilent et un jour ce père implacable lui prépare sa valise et l’envoie chez un oncle, en Bretagne. Le garçon fugue, direction le sud-ouest, puis l’Espagne. Une vie d’errance, d’abord. Un port d’attache, ensuite. Une nouvelle vie, enfin. Partir, c’est mourir un peu. Mais pour Marceau, rester, c’était mourir beaucoup...

Un étrange roman d’apprentissage, tant sur la forme que sur le fond. Chaque chapitre s’ouvre sur une règle du jeu et les trois grandes parties ont pour titres « La partie », « La revanche », « La belle ». La vie est un jeu, on gagne (rarement), on perd (souvent), on triche (tout le temps). Un texte bizarre, dont je ne sais que penser. Peut-être trop singulier pour plaire à des ados. J’ai eu du mal à y trouver mes marques tant tout semble aller trop vite. Mais dans la seconde moitié, j’ai aimé accompagner Marceau vers l’émancipation, le voir atteindre son « stade méduse » : « Dans les mers, quand les cellules grandissent, on appelle ça le stade méduse. Les cellules quittent leurs racines. Elles se développent. Elles gagnent en liberté. »

L’écriture est superbe, la construction ambitieuse. Un roman jeunesse atypique qui interpelle et surprend. C’est déjà beaucoup.

Mauvais joueurs de Julien Dufresne-Lamy. Actes sud junior, 2016. 152 pages. 13,20 euros. A partir de 15 ans.


Une nouvelle lecture du mardi que j'ai le plaisir de partager avec Noukette.







lundi 26 septembre 2016

Watership Down - Richard Adams

J’ai toujours été fan des lapins. Depuis mes lectures du « Jojo Lapin » d’Enid Blyton dans la Bibliothèque rose, depuis le « Pierre Lapin » de Béatrix Potter, depuis la série d’albums de la famille Passiflore illustrés par le talentueux Loic Jouannigot. Plus généralement les univers animaliers et sylvestres me séduisent depuis ma plus tendre enfance, surtout après ma découverte des BD de Raymond Macherot. J’ai entretenu cette passion il y a quelques années avec le fabuleux « Vent dans les saules » de Kenneth Grahame et sa non moins fabuleuse adaptation en bande dessinée par Michel Plessix. Bref, tout ça pour dire que les récits avec des animaux dedans, ça me parle. Il m’était donc inconcevable de ne pas partir à la rencontre des lapins de Watership Down.

Le point de départ de ce roman publié pour la première fois en 1972 et vendu à 50 millions d’exemplaires depuis est simplissime : le jeune Fyveer annonce à son frère Hazel que leur garenne va disparaître suite à une grande catastrophe. Il ne peut pas expliquer pourquoi mais il en a la certitude. Une prémonition. Les deux lapins parviennent à convaincre une poignée de compagnons du danger imminent et quittent les collines verdoyantes qui les ont vus naître en quête d’un nouveau foyer où ils pourront s’installer en toute sécurité. Commence alors une odyssée longue et périlleuse dont personne ne sortira indemne.

Watership Down, c’est la quête d’une terre promise, une histoire de migrants à la recherche d’un monde meilleur. C’est l’histoire d’une communauté en danger permanent qui s’organise, s’adapte et s’unit pour survivre. Une communauté avec ses tensions, ses moments drôles ou émouvants, ses drames. Une communauté consciente qu’il va lui falloir s’agrandir, se reproduire pour ne pas disparaître.

Richard Adams ne donne pas dans le récit animalier anthropomorphique. Ses personnages ont un comportement propre aux lapins, ils griffent, mordent, se battent pour une femelle, tapent de la patte pour prévenir du danger, se font dévorer par les renards, les belettes et les chats. En cela, cette description quasi « naturaliste » m’a rappelé le magnifique « De Goupil à Margaux » de Louis Pergaud. Mais Adams donne une dimension supplémentaire à l’univers qu’il créé en lui offrant une mythologie, une langue spécifique, un Dieu (Krik) et un héros légendaire (Shraavilshâ).

Il y a sans doute une tonne d’interprétations allégoriques à donner à cet exode, cette recherche du paradis, mais je me contenterais d’y voir une aventure au long cours trépidante, incroyablement bien construite et qui m’a passionné de bout en bout. Un grand moment de lecture que je ne suis pas près d’oublier !

Watership Down de Richard Adams. Monsieur Toussaint Louverture, 2016. 542 pages. 21,90 euros.







dimanche 25 septembre 2016

Les lectures de Charlotte (23) : Les malheurs de Jean-Jean - Élodie Shanta

Jean-Jean n’aime pas trop l’école mais il n’a pas le choix, il doit y aller chaque matin. A peine arrivé dans la cour il est malmené par Brutos et en classe, il subit les moqueries de Folette et Bijou. A la récré, Jean-Jean s’isole près d’un arbre avec un livre. Sous les feuilles, il trouve un œuf. Un œuf qu’il va ramener chez lui le soir venu et qui va lui réserver une merveilleuse surprise.

 Un album pour les plus petits traitant de harcèlement scolaire, il fallait oser. Tout en suggestion, Élodie Shanta aborde la question avec finesse, montrant les réactions d’un enfant esseulé et de ses tourmenteurs sans s’apitoyer sur le sort du premier ni accabler les seconds. Elle trouve l’angle d’attaque idéal et prouve qu’il faut parfois peu de choses pour faire évoluer la situation favorablement.

La journée de classe déclinée au fil des pages (les activités manuelles, la récré, la cantine, la sieste, l’heure des parents) offre des repères dans lesquels les enfants, même scolarisés depuis peu, se retrouveront forcément. Au final cet album adopte un ton parfaitement juste pour parler d’un sujet grave sans le rendre anxiogène. Une porte ouverte bienvenue sur l’échange et la réflexion avec nos petits bouts, pas pour les traumatiser ni les mettre en garde mais pour leur faire comprendre que ce genre de chose existe et qu’il n’est jamais trop tôt pour en avoir conscience.


Les malheurs de Jean-Jean d’Élodie Shanta. Des ronds dans l’O, 2016. 24 pages. 10,00 euros. A partir de 3 ans.




vendredi 23 septembre 2016

De terre et de mer - Sophie Van der Linden

     - Pourquoi es-tu venu ici.
     - Pour revoir quelqu’un. Une femme. Qui ne répondait plus à mes lettres. Je  voulais savoir pourquoi.
     - Et tu l’as vue ?
     - Oui.
     - Mais si tu es là, c’est que ça s’est mal passé, n’est-ce pas ?
     - En un sens. Disons que j’ai eu des réponses, mais que celles-ci compliquent encore plus les choses. Je me dis qu’il vaut mieux que je reparte…

Ils se sont aimés mais elle est partie. Il lui a écrit mais elle ne lui a pas répondu. Il a donc décidé de lui rendre visite à l’improviste pour obtenir des explications et, éventuellement, recoller les morceaux. Henri débarque donc sur l’île de B. où Youna s’est installée. Il trouve sa maison, s’en approche et frappe à la porte. Elle lui ouvre et lui dit simplement « entre »…

Un livre acheté tout à fait par hasard, à cause de sa couverture (un tableau de Jean-Baptiste Corot). Sophie Van Der Linden écrit par petites touches un roman impressionniste. Elle invite le lecteur à suivre Henri sur l’île, à partager ses rencontres, ses flâneries. On croise ici un restaurateur déballant des denrées venues du continent, là quelques loups de mer attablés dans un troquet, une petite fille courant dans le sable, un marathonien à l’entraînement, un fermier rentrant ses vaches à l’étable, un allemand en fuite, un musicien accueillant, un chat chasseur de chouette ou encore un jeune garçon en vacances chez son oncle.

Une histoire du début du 20ème siècle, à peine esquissée, comme murmurée à l’oreille. Une histoire belle et triste aux accents contemplatifs. Entre vagabondage, nostalgie et amour brisé, on chemine sur la pointe des pieds avec Henri, ses attentes, ses doutes et ses certitudes. Un joli tableau, aussi bref que sensible, hors des modes et du temps. Après, il faut reconnaître que ce roman à l’atmosphère surannée pourra laisser plus d’un lecteur de marbre. Personnellement j’ai aimé cette ambiance un peu désuète, même si je ne suis pas certain qu’il m’en reste grand-chose d’ici peu.   

De terre et de mer de Sophie Van der Linden. Buchet Chastel, 2016. 150 pages. 14,00 euros.




jeudi 22 septembre 2016

Forum Fnac livres : Les gagnantes !





Comme promis j’ai sorti mon chapeau magique pour effectuer le tirage au sort désignant les trois gagnants du dernier roman de Jonathan Franzen offert par la FNAC.





Vous étiez 40 sur la ligne de départ : 



Et les heureuses élues sont :









Félicitations à Titine, Saxaoul et dautresviesquelamienne !
Je fais partir les livres dès que vous me donnez vos coordonnées.




mercredi 21 septembre 2016

Pereira Prétend - Pierre-Henry Gomont (d’après le roman d’Antonio Tabucchi)

1938. Pereira est journaliste culturel dans un quotidien conservateur à la botte du dictateur Salazar. Il vit à Lisbonne et passe ses journées seul, avec pour passions sa femme décédée, à qui il parle quotidiennement, et la traduction des grands auteurs français. Bedonnant, flegmatique, sans véritable conviction politique, Pereira se contente de sa petite vie bien rangée jusqu’au jour où il rencontre un étudiant et sa compagne proches des milieux révolutionnaires antifascistes. Un couple pour lequel il va se prendre d’affection et qui va peu à peu faire évoluer sa perception des choses et de la vie en général.

Adapté d’un roman d’Antonio Tabucchi, cet album déroule le cheminement personnel et la métamorphose intime d’un apathique un peu falot. Pierre-Henry Gomont a eu l’intelligence de se libérer du texte original tout en en respectant l’esprit. Avec son trait nerveux, ses couleurs écrasées par la chaleur lisboète, sa lumière parfois glaciale, il restitue un Portugal où le temps semble être suspendu. L’ensemble est fluide, croqué sur le vif à la manière d’un carnet de voyage avec des trouvailles graphiques aussi audacieuses que réussies, notamment l’incarnation des doutes et des hésitations du héros par des ombres rouges symbolisant la dualité de ses sentiments entre bonne et mauvaise conscience.

Pereira, fermant d’abord les yeux sur les exactions d’un régime totalitaire qui l’indiffère, va entrer, à sa manière, en résistance. L’obèse cardiaque à l’apparente  mollesse s’engageant presque malgré lui sur la voie de la subversion pour combattre le totalitarisme et la censure est un personnage attachant et impossible à juger. Est-il lâche ou courageux ? Cherche-t-il à fuir une dictature ou refuse-t-il de voir la vérité en face ? Il nous pousse en tout cas à nous demander ce que nous aurions fait à sa place. Et franchement, bien malin celui qui peut répondre à cette question avec une absolue certitude.

Après Rouge Karma et Les nuits de Saturne, Pierre-Henry Gomont m’enchante à nouveau, avec un album totalement différent de ses deux illustres prédécesseurs, tant au niveau du contenu que de l’ambiance. Il confirme ici son immense talent et se classe parmi les talents incontournables de la BD actuelle. 

Pereira Prétend de Pierre-Henry Gomont (d’après le roman d’Antonio Tabucchi). Sarbacane, 2016. 160 pages. 24,00 euros.




Tous les participants à la BD de la semaine
sont aujourd'hui chez Stephie









mardi 20 septembre 2016

Tant que mon cœur bat - Madeline Roth

« Esra n’a pas envie de mourir. Elle ne sait pas vivre, c’est tout. Elle est venue ici pour le quitter. Ça veut dire qu’elle a fait la moitié du chemin. Plus que la moitié. Mais maintenant elle n’avance plus. Elle n’arrive plus à faire un pas. Il faut l’aider. Lui tenir la main ».

Un recueil composé de deux textes. Dans le premier, Bastien vient chaque jour visiter Esra, dans cette clinique où elle tente de se reconstruire après s’être enfin éloignée d’Antoine. Antoine, artiste torturé qui aurait pu être son père et dont l’ado est tombée éperdument amoureuse. Antoine et ses colères, sa folie, sa possessivité. Antoine qui l’a séduite, fascinée et entraînée dans une relation destructrice dont elle peine à se relever. Dans le second, Cyril apprend le suicide de Laura. Il repense à leurs rapports, purement sexuels, sans le moindre affect. Du moins pour lui. Laura et son mutisme, ses secrets bien enfouis. Laura dont il ne s’est jamais préoccupé à vrai dire. Pas question pour autant de culpabiliser, il lui importe plutôt de se dédouaner.

Madeline Roth m’avait ébloui avec son roman précédent, elle confirme ici l’étendue de son talent et la noirceur de son propos. Pour moi, c’est un peu une Antoine Dole au féminin (et croyez-moi, c’est un compliment !). Elle possède la même capacité que l’auteur du terrible « Je reviens de mourir » pour dire le mal être adolescent dans ce qu’il a de plus extrême et dérangeant. Il est question de liaisons toxiques, de passions ravageuses, d’une fragilité que l’homme prédateur entretient et utilise à son profit. C’est tendu et irrespirable, la souffrance suinte de chaque phrase, de chaque page. Ça pourrait être gratuitement morbide mais le désespoir n’a ici rien de sensationnaliste, il traduit une réalité difficilement supportable sans la moindre surenchère.

Et puis j’aime cette écriture simple et directe, ces paragraphes courts et percutants que l’on parcourt en apnée et dont on ressort groggy. Comment survivre quand on aime à la folie sans être aimée en retour ? Peut-on le supporter ? Peut-on s’en remettre ? Autant de questions posées en filigrane, de réponses pour le moins pessimistes. Un recueil qui ébranle, qui bouscule et ne peux pas laisser indifférent. Beaucoup d’audace dans ces deux textes sans concession. J’en suis personnellement ressorti aussi sonné qu’admiratif.

Tant que mon cœur bat de Madeline Roth. Éditions Thierry Magnier, 2016. 96 pages. 9,50 euros.



Une pépite jeunesse que j'ai une fois de plus le plaisir de partager avec Noukette.




lundi 19 septembre 2016

Je vais m’y mettre - Florent Oiseau

« La vérité, c’est que je n’avais rien branlé. Ou plutôt, je n’avais rien voulu branler. Je m’étais laissé vivre, porté par le courant d’air d’une porte de bistrot entrouverte. Un demi de bière à la main, des espoirs en pagaille. »

Un roman de branleur ! J’adore les romans de branleur. Du moins quand ledit branleur donne dans l’humour et l’autodérision. C’est ici le cas de Fred, quadra désabusé, pochard, célibataire, mal rasé, un poil bedonnant et sans le sou. Un gars qui a accumulé les petits boulots (plongeur, crêpier, imprimeur, caissier au zoo de Vincennes…), qui a profité au max des aides sociales, s’est débrouillé pour toucher une allocation d’adulte handicapé et enchaîner les combines pour ne jamais en faire trop : « Je n’étais pas un bosseur dans l’âme, un amoureux du stakhanovisme et, en règle général, de l’effort, mais s’il s’agissait de magouiller, j’étais prêt à faire des heures supplémentaires sans demander mon reste ».

Le titre sonne comme une promesse, un début de méthode Coué. Finie la glandouille, Fred va s’y mettre. Mais à son rythme : « Aujourd’hui j’arrête. J’arrête de tout arrêter avant de commencer. Terminé l’oisiveté, le vin qui tâche, la sonnerie du réveil à quatorze heures pour une petite sieste, peinard, en milieu d’aprem. On appelle ça la maturité je crois. Cette fois, c’est décidé, je m’y mets ». Une bonne volonté de façade qui ne sera évidemment pas suivie d’effet. Fred va devenir maquereau un peu malgré lui pour rendre service à deux copines michetonneuses. De l’humanitaire comme il dit. Sauf que le métier n’est pas sans risques, et après avoir marché sur les plates bandes d’un voyou rancunier, il va devoir  quitter Paris pour l’Espagne.

Un premier roman qui me va comme un gant. Grinçant, à l’écriture spontanée, très orale, un poil vulgaire, enchaînant les situations cocasses, les interrogations existentielles décalées. Et un personnage lucide quant à ses limites, dont le manque d’ambition et la mollesse exaspérera plus d’un lecteur. Un fainéant  lymphatique comme j’aime, un résigné se contentant du peu qu’il a sans rien chercher de plus et posant sur sa propre situation un regard férocement drôle.

C’est rythmé et plein de gouaille, la galère permanente, la misère, l’alcool et les mauvais choix qui s’accumulent auraient pu faire basculer le tout dans une noirceur poisseuse mais pour le coup, on donne davantage dans le tragi-comique hilarant. Seule la fin m’a déçu, Fred nous laisse en plan comme des vieilles chaussettes alors que la situation exigerait d’en savoir davantage. Mais l’ensemble procure un réel et grand plaisir de lecture, plaisir qu’il serait stupide de bouder.

Je vais m’y mettre de Florent Oiseau. Allary, 2016. 220 pages. 17,90 euros.





dimanche 18 septembre 2016

Les lectures de Charlotte (22) : Bonne nuit tout le monde - Chris Haughton

Le soleil disparaît derrière l’horizon, il est l’heure d’aller se coucher. Problème, Petit Ours ne veut pas dormir. Il va donc demander aux souris, aux lièvres et aux biches de jouer avec lui. Mais tous tombent de sommeil. Finalement, petit ours s’étire et baille. Pour lui aussi, il est temps de fermer les yeux et de sombrer dans les bras de Morphée.

Vous avez un petit bout qui rechigne à se glisser sous la couette ? Cet album ne résoudra pas le problème (faut pas rêver !) mais sa lecture constituera  une thématique parfaite pour aborder la question en douceur. Et je mets au défi l’adulte le lisant à voix haute de ne pas bailler à un moment ou l’autre. Pas parce que l’histoire est ennuyeuse, loin de là, mais parce qu’elle implique de mimer les bâillements, les étirements, les longues inspirations, les soupirs et les ronflements des différents animaux. Et si on le fait avec application, on finit forcément par bailler, impossible de faire autrement !

J’adore les illustrations de Chris Haughton, son choix de couleurs, son travail sur les postures et les mouvements des yeux qui traduisent la fatigue et l’endormissement gagnant peu à peu chacun.

Un bel objet-livre qui a tout pour plaire avec des découpes rendant sa manipulation ludique et une thématique universelle qui parlera aussi bien aux parents qu'aux enfants. C'est l'album réclamé chaque soir par Charlotte en ce moment, un signe de qualité qui ne trompe pas tant la demoiselle a déjà des goût affirmés !



Bonne nuit tout le monde de Chris Haughton. Thierry Magnier, 2016. 34 pages. 14,80 euros. A partir de 3 ans.